Membre du Conseil ? Connectez-vous Nous Contacter

    Le Conseil consultatif des programmes (CCP) de France Télévisions est une instance renouvelée tous les ans, composée de 28 téléspectateurs sélectionnés selon des critères basés sur la représentativité des téléspectateurs français dans toute leur diversité (sociale, professionnelle, ethnique, d'âge, de sexe, etc.).

    La mission du CCP : émettre des avis et des recommandations sur des problématiques en lien avec l’audiovisuel public.

    Tout au long de l’année, les conseillers participent à plusieurs sessions de travail encadrées par la direction des études et la direction de la communication externe de France Télévisions mais également par l'agence marques et média Think out et des chercheurs du CELSA.

    A l’issue de ses travaux, le conseil consultatif remet aux commissions chargées des affaires culturelles et des finances du Parlement un rapport comprenant un bilan de ses échanges et une série de propositions.

    Instituée par la loi audiovisuelle de mars 2000, cette démarche originale est menée avec succès depuis 2009.

    Quelques propositions saillantes du conseil consultatif depuis sa création :

            • Développer une offre d’information qui privilégie la compréhension, le décryptage et l’analyse.
            • Initier des émissions qui favorisent l’échange et l’interactivité avec les citoyens.
            • Simplifier les outils numériques notamment à l’aide de points d’entrée unique.
            • Faire bénéficier France Ô d’une meilleure visibilité et d’une promotion plus large.
            • Créer une émission carrefour des téléspectateurs, des chaînes et des programmes.
            • Promouvoir davantage les nouvelles écritures et le transmédia.
            • Renforcer encore la couverture d’événements sportifs multiples.
            • Faire bénéficier les sports méconnus d’une pédagogie particulière.
            • Mieux définir la complémentarité et l’identité des chaînes.
            • Insister sur les genres les plus réussis à l’heure actuelle : la comédie familiale et la comédie de société et être plus imaginatif.
            • Introduire une plus grande diversité de genres dans la catégorie jeunesse, afin de proposer d'autres programmes que les dessins animés.
            • Prolonger l’information hors flux et mieux articuler l’information télévisuelle avec l’offre francetvinfo.
            • Améliorer encore l’accessibilité aux émissions pour les personnes en situation de handicap sensoriel
            • Mettre en valeur un patrimoine plus contemporain en matière de fiction française
            • Développer une politique de reportages encore plus novatrice et en phase avec la société
            • Proposer de la VO

    Comment faire partie du Conseil Consultatif des Programmes ?

    Vous devez être membre du Club France Télévisions.

    Chaque année, au mois de septembre, le Club envoie une newsletter de recrutement à ses membres. Les candidats potentiels doivent répondre à une quinzaine de questions dont une partie sur leur consommation audiovisuelle et rédiger une lettre de motivation. Les candidatures sont ensuite étudiées par la Direction des Etudes et la direction de la Communication externe de France Télévisions.

    Au final, 28 téléspectateurs ont le privilège de faire partie du panel et de participer à la vie de France Télévisions pour un mandat d'un an.

    Delphine-Ernotte-CunciPendant plusieurs mois, le Conseil Consultatif des Programmes s’est réuni, a réfléchi et a nourri une réflexion très intéressante que vous trouverez dans ce rapport. J’ai eu la chance de pouvoir assister à une partie du lancement de ses travaux, ainsi qu’à une part de leurs conclusions. J’y ai vu l’engagement et l’intérêt des citoyens qui se sont plongés dans notre réalité pour que la télévision publique joue pleinement son rôle. C’est le sens et la particularité de notre entreprise, télévision de tous les citoyens, nous essayons chaque jour de répondre au mieux aux missions qui sont les nôtres. La participation de tous et toutes est de ce point de vue un enjeu majeur.

    La télévision est sortie d’une époque où elle n’avait qu’une relation distante et descendante à l’égard de ses téléspectateurs. La télévision d’aujourd’hui et celle des années à venir se construit sur un échange et une relation entre nos usagers et le service que nous leur rendons. Cette télévision participative, collaborative, fondée sur un échange équitable constitue une part notable des évolutions que va vivre notre secteur. C’est d’autant plus important pour le service public qui ne cesse de se questionner sur sa responsabilité sociale et sur son impact sur la réalité. C’est pourquoi, la mission du Conseil Consultatif me semble si importante. Il ressort de ce rapport des enseignements majeurs auxquels nous allons tâcher d’apporter des réponses satisfaisantes.

    Le premier enseignement du rapport, c’est notre obligation à donner à voir la différence. Il ne sert à rien que le service public fasse preuve de redondance avec l’offre abondante de nos concurrents. Cela concerne notamment, la nouvelle offre d’information publique. Cette nouvelle offre ne viendra pas concurrencer le travail accompli chaque jour par les éditions sur France 2 et sur France 3. L’attente est au contraire encore plus forte pour que ses éditions s’affirment et de distinguent face à la multiplication des informations sur le web et sur les différents canaux. Forts de cette expérience, l’attente exprimée est que nous fassions la preuve qu’une information continue de qualité est possible. Notre offre éditoriale devra faire primer la compréhension sur l’émotion, le décryptage et l’analyse sur un flot continu d’information sans explications. Au-delà de cet engagement éditorial, la nature même du service que nous allons fournir doit se distinguer. Prioritairement numérique et orientée vers les écrans mobiles, cette offre d’information devra être plus riche qu’une simple chaîne de télévision. Enfin, cette originalité numérique devra s’accompagner d’une plus grande place faîte à l’échange, à l’interactivité avec les citoyens.

    Le second enseignement concerne justement notre développement sur le numérique. Le Conseil nous invite à mieux penser les outils que nous permet le numérique, notamment dans l’interactivité avec les citoyens. Il nous faut passer d’une interactivité réactive à une forme plus collaborative de la participation. Cela exige un engagement de notre part à mieux valoriser les contributions de qualité et à favoriser la régulation des échanges sur le numérique. Par ailleurs, une attente forte s’exprime en faveur d’une simplification de nos outils numériques. Nos applications sont nombreuses et leur accès parfois complexe. Il nous faut favoriser des points d’entrées uniques, en communiquant mieux sur ces outils et en expliquant leurs usages.

    Enfin, le Conseil exprime une attente partagée par tous nos publics à l’égard de la fiction française. Le renouveau du genre est salué par tous, qui attendent que cet effort éditorial soit accentué et favorisé. Mais aussi que l’on puisse accéder plus facilement à ses programmes, notamment avec la télévision de rattrapage. Une plus grande souplesse de visionnage est fortement attendue. C’est un chantier auquel France Télévisions va continuer de s’atteler, bien que nous ne soyons pas les seuls maitres de la réglementation.

    Comme vous le verrez dans ce rapport, c’est donc un travail particulièrement riche qu’a accompli le Conseil. Je tiens à en remercier tous ses membres, ainsi que toutes celles et ceux qui ont accompagné ce travail au sein de France Télévisions. Ces recommandations seront un appui précieux pour l’entreprise. Dès l’année prochaine, nous profiterons à nouveau de ces échanges, qui sont une richesse pour France Télévisions.

    Je vous remercie,

    Delphine Ernotte-Cunci

Haut de la page