16 Fév février 2018

Déja 9 ans ! Comment le CCP a prouvé sa légitimité et son utilité

A la rentrée prochaine, le Conseil Consultatif des Programmes fêtera ses dix ans. Cette longévité nous conforte quant à la légitimité du dispositif, la valeur ajoutée qu’il représente pour France Télévisions et l’engouement des téléspectateurs à l’idée de participer à la vie d’une télévision publique qui est aussi la leur.

Profitons de cette fin de cycle pour faire un retour sur le projet, sa source et son utilité…

Un projet légal devenu incontournable

Le Conseil Consultatif des Programmes trouve sa source dans l’article 46 de la loi de 1986, mais il a été mis en place sous sa forme actuelle lors de la réforme de 2008/2009 :

« La société nationale de programme France Télévisions crée en son sein un conseil consultatif des programmes composé de téléspectateurs, chargé d’émettre des avis et des recommandations sur les programmes. Chaque année, le président de la société nationale de programme France Télévisions rend compte de l’activité et des travaux de ce conseil à l’occasion de la présentation du rapport sur l’exécution du contrat d’objectifs et de moyens de la société devant les commissions chargées des affaires culturelles et des finances de l’Assemblée nationale et du Sénat. »

La loi de 1986 est la première mouture de la loi qui régit l’audiovisuel français. Depuis elle évolue sans cesse au gré d’ajouts sans changer de nom pour autant.

Ce qui relevait au départ d’une contrainte légale a prouvé dans la distance une triple utilité.

Pour France Télévisions et ses équipes

  • Les thématiques sont systématiquement choisis en fonction de questionnements forts pour France Télévisions. Par exemple pour la session 2016-2017 : La fiction familiale, franceinfo, la politique à la télévision.
  • La composition du CCCP respecte les grands équilibres de représentativité socio démographiques et ses membres sont renouvelés chaque année afin éviter d’éventuels biais dus à une sollicitation trop prolongée.
  • Le CCP s’inscrit dans les dispositifs d’étude du groupe et ajoute une dimension inhabituelle dans les groupes quali : l’organisation d’un dialogue en direct entre les cadres ou animateurs et les membres.

Pour les pouvoirs publics et notamment les parlementaires

  • La remise de son rapport est l’occasion d’un échange annuel sur des thématiques de fond sur la programmation de France Télévisions, qui complète l’approche souvent plus administrative et financière des auditions devant les Commissions des Affaires Culturelles de l’Assemblée Nationale et du Sénat.

Pour les publics

  • Les séances de travail permettent de sensibiliser les cadres de l’antenne (impact indirect), l’impact direct étant relatif aux propositions que le CCP permet de mettre en œuvre.

Mais que deviennent les propositions des membres ?

Il n’est pas pertinent de vouloir compter précisément les recommandations mises en œuvre car beaucoup relèvent de directions de travail générales plus que propositions factuelles et directement applicables. En outre, les temps de latence (mises en écriture puis en production de fictions, achats de droits sportifs, etc.) ne permettent pas toujours une mise en œuvre immédiate. Néanmoins, certaines recommandations trouvent une application directe, par exemple la diffusion des films et séries étrangères en version multilingue qui a débuté dans l’année suivant sa demande par le CCP (session 2010-2011).

Mais d’autres ont confirmé et amplifier le cap déjà suivi par France Télévisions, par exemple l’élargissement de la palette des sports couverts par francetvsport (l’Euro de basket féminin en 2015, le rugby féminin sur France 4, la couverture des J.O handisport…).L’été 2017 a mis encore davantage le sport féminin à l’honneur avec le football et le rugby en 1ère partie de soirée sur France 2 (succès incontestable avec plus de 3 millions de téléspectateurs).

Le lancement d’une nouvelle fiction annoncé en septembre 2018 « Il a déjà tes yeux » adaptée du film éponyme de Lucien Jean-Baptiste. Cette série fait directement écho à l’attachement à la comédie familiale revendiquée par le CCP 2016-2017.

Concernant franceinfo, le CCP 2016-2017 a montré que la promesse d’une offre différente était validée et il a aidé à améliorer la structure et la lisibilité de la grille.

Toujours en 2017, la demande de simplification des outils numériques notamment à l’aide de points d’entrée uniques a aussi été entendue et a contribué à la naissance de la nouvelle plateforme france.tv lancée le 9 mai 2017.

Mais alors, comment et à quels niveaux sont étudiées les propositions et recommandations ?

Le temps d’échange avec les membres du Conseil pendant les réunions de travail au siège de France Télévisions, représente pour les cadres de l’antenne le premier temps de réflexion sur les évolutions à suivre.

Au-delà, le rapport annuel est diffusé auprès des principaux cadres et du comité exécutif du groupe et ses conclusions sont relayées vers l’ensemble des salariés par le journal interne et le rapport annuel et depuis 2016 grâce à une conférence ouverte.

Enfin, le directeur des études de France Télévisions présente les principaux résultats en Conseil d’Administration.